LAG BAOMER : Pourquoi ces feux ?

L'habitude d'allumer des bûchers à Lag ba-omèr a pris naissance à Méron, en haute Galilée, lieu de la sépulture de rabbi Chimon bar Yo'haï.
C'est à Lag ba-omèr qu'est décédé ce Maître éminent du Talmud, d'où le pèlerinage organisé ce jour-là, qui attire des foules considérables.

On allume des foyers dans lesquels l'usage s'est installé de jeter les mèches de cheveux fraîchement coupés des garçons de trois ans.
L'origine de la tradition consistant à associer des foyers au souvenir de rabbi Chimon bar Yohaï se trouve dans un récit talmudique ( Chabbath 33b) :
Treize ans durant, rabbi Chimon bar Yo'haï et son fils rabbi Elazar se sont dissimulés dans une caverne afin d'échapper aux Romains qui les avaient condamnés à mort.

C'est pendant cette période que rabbi Chimon a rédigé son oeuvre maîtresse, le Zohar , dont le nom évoque la brillance de la lumière.
En outre, lorsque rabbi Chimon est sorti de la caverne, son regard était tellement embrasé qu'il mettait le feu aux champs des alentours.

Rappelons, au sujet de Lag ba-omèr , une autre tradition, selon laquelle les enfants jouent à tirer des flèches avec leurs arcs. L'origine de cet usage est lié à un récit selon lequel aucun arc-en-ciel n'est apparu du vivant de rabbi Chimon bar Yo'haï ( Yerouchalmi Berakhoth 9, 2).

Notons que le mot hébreu qécheth désigne tous les « arcs », qu'il s'agisse de l'arc-en-ciel ou de l'arc de l'archer.

Jacques Kohn zal

Reste des articles

Le président de l’Etat d’Israël rencontre le pape au Vatican

Le président de l’Etat Ruby Rivline a été reçu jeudi au Vatican par le pape François. Ce dernier, rappelons-le, avait effectué une visite en Israël au mois de juin 2014 sous le mandat du prédécesseur de Rivline, Shimon Pérès.

La parabole de la semaine: Ki tavo

« Si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, observant avec soin tous ses préceptes, que je t'impose en ce jour, (…) Béni seras-tu à ton arrivée, et béni encore à ton départ! » (Devarim 28, 1-6)

Des étudiants de Yeshiva américains attaqués à Hébron

Cinq jeunes étudiants de Yeshiva américains ont échappé de justesse à un lynchage à Hébron, jeudi soir, grâce à l’intervention d’un habitant arabe qui les a cachés chez lui en attendant l’arrivée des forces de sécurité israéliennes.

Parachath Ki tavo– La bénédiction pour les prémices

Lorsqu’un Juif, à l’époque du Temple, offrait à Hachem les prémices de sa récolte, il prononçait une déclaration dans laquelle il Lui exprimait sa reconnaissance :
« Tu diras à haute voix devant Hachem, ton Dieu : Un Araméen voulait détruire mon ancêtre, il est descendu en Egypte, il y a résidé avec peu de gens […] Hachem nous a fait sortir d’Egypte avec une main forte et avec un bras étendu […] et Il nous a fait venir vers cet endroit-ci… » (Devarim 26, 5 à 9).

 

Rav Jonathan Eybeschutz: talmudiste et décisionnaire réputé

Le 251e anniversaire du décès du Rav Jonathan Eybeschutz zts’l sera célébré ce chabbat dans de nombreuses communautés juives du monde entier.

Jérusalem : une rue au nom du Rav Shah’

La commission des noms de la mairie de Jérusalem a donné son accord pour l’attribution du nom du Rav Eliézer Menahem Man Shah’ zts’l, fondateur du parti Deguel Hatora, à une rue de la capitale. Une autre rue portera le nom de son fils, le Dr Efraim Shah’ z’l. 

Justice française: aucune preuve de l’empoisonnement d’Arafat

En a-t-on enfin fini avec les rumeurs sur un possible empoisonnement du chef terroriste Yasser Arafat, chef de l’Autorité palestinienne, mort dans un hôpital militaire près de Paris en 2004 ? Pas si sûr lorsqu’on voit les réactions des Palestiniens à une décision d’un tribunal français réfutant la thèse de l’assassinat.

Les Seli'hoth complètes par le h'azan, mondialement célèbre, HELFGOT !

Exceptionnel  !! Découvrez de chez vous plus d'une heure  de seli'hot chantées à la grande synagogue de Manhattan par le mondialement célèbre Isaac Meir Helfgot. Un moment rare et inoubliable  !!

Début des Selihot pour les Ashkénazim

Les ashkénazim commencent ce samedi soir à réciter les Selihot. A quelques jours de Rosh Hashana, ils sont des dizaines de milliers, dans toutes les communautés juives du monde et d’Israël, à aller à la synagogue pour ces prières prononcées avec ferveur.