LAG BAOMER : Pourquoi ces feux ?

L'habitude d'allumer des bûchers à Lag ba-omèr a pris naissance à Méron, en haute Galilée, lieu de la sépulture de rabbi Chimon bar Yo'haï.
C'est à Lag ba-omèr qu'est décédé ce Maître éminent du Talmud, d'où le pèlerinage organisé ce jour-là, qui attire des foules considérables.

On allume des foyers dans lesquels l'usage s'est installé de jeter les mèches de cheveux fraîchement coupés des garçons de trois ans.
L'origine de la tradition consistant à associer des foyers au souvenir de rabbi Chimon bar Yohaï se trouve dans un récit talmudique ( Chabbath 33b) :
Treize ans durant, rabbi Chimon bar Yo'haï et son fils rabbi Elazar se sont dissimulés dans une caverne afin d'échapper aux Romains qui les avaient condamnés à mort.

C'est pendant cette période que rabbi Chimon a rédigé son oeuvre maîtresse, le Zohar , dont le nom évoque la brillance de la lumière.
En outre, lorsque rabbi Chimon est sorti de la caverne, son regard était tellement embrasé qu'il mettait le feu aux champs des alentours.

Rappelons, au sujet de Lag ba-omèr , une autre tradition, selon laquelle les enfants jouent à tirer des flèches avec leurs arcs. L'origine de cet usage est lié à un récit selon lequel aucun arc-en-ciel n'est apparu du vivant de rabbi Chimon bar Yo'haï ( Yerouchalmi Berakhoth 9, 2).

Notons que le mot hébreu qécheth désigne tous les « arcs », qu'il s'agisse de l'arc-en-ciel ou de l'arc de l'archer.

Jacques Kohn zal

Reste des articles

Un membre du Hamas veut porter plainte à la Haye

Un membre du ‘parlement’ palestinien, représentant le Hamas, a proposé lors d’une session de publier les noms des gardiens de prison israéliens où sont détenus des terroristes et de les poursuivre auprès de la Cour internationale de justice de la Haye.

Une reporter israélienne importunée à Paris

Une reporter de la télévision israélienne a été injuriée dans la rue à Paris au moment où elle s’apprêtait à démarrer son intervention devant les caméras.

Ségoula pour la parnassa: La h'ala en forme de clef !

Il existe une coutume chez certaines familles juives de faire cuire la h’ala en forme de clef (ou d’en poser une sur la pâte) en l'honneur du Chabbat après Pessa'h. Une ségoula qui serait très bénéfique pour obtenir une bonne Parnassa. Tentons de trouver quelques sources à cette croyance.

Un Juif violemment agressé à New York

Grande émotion à New York : un juif de la Hassidout Habad a été agressé dans la nuit dans le quartier de Crown Heights. Son assaillant a finalement été neutralisé par des volontaires de l’organisation « Hashomerim ».

"Accident" à Jérusalem : la police privilégie la piste de l’attentat

Les enquêteurs qui mènent leurs investigations sur "l’accident"survenu mercredi soir à Jérusalem, causant la mort du jeune Shalom Yohaï Cherki z’l, privilégient la piste de l’attentat. La jeune fille qui a été blessée se trouve encore dans un état grave.

Les interviews de chiourim.com, Yom HaShoah : témoignage d’une rescapée

C’est une véritable leçon de vie et de foi en D. que nous livre dans ce témoignage Mme Ida Akerman-Tieder, pédiatre et psychanalyste. Originaire de Berlin, elle a vécu la guerre en France où ses parents ont été déportés. Animée d'une volonté de survivre et de se reconstruire, elle a su vaincre tous les obstacles en fondant un foyer plein de Tora avec son mari, le Dr Fred Akerman z’l, et ses trois enfants qui vivent aujourd’hui avec elles en Israël. Elle évoque cette période de sa vie dans un ouvrage : « Et tu raconteras à tes enfants », Editions Erez, 1995.  

interview réalisée par Claire Dana-Picard
 

Le fils du Rav Ouri Cherki tué à Jérusalem: attentat ou accident ?

Un chauffeur arabe de Jérusalem a renversé mercredi soir, vers 23h30, deux passants dans le quartier de Ramat Eshkol. Un homme de 25 ans et une jeune fille de 20 ans ont été grièvement blessés et transportés à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

Commémorations de la Journée de la Shoah

Les commémorations de la Journée de la Shoah ont débuté mercredi soir en Israël par une cérémonie solennelle à Yad Vashem en présence du président de l’Etat, du Premier ministre, des deux grands rabbins d’Israël et de nombreuses personnalités. Dans l’assistance se trouvaient également des rescapés de la tourmente avec leurs familles.