LAG BAOMER : Pourquoi ces feux ?

L'habitude d'allumer des bûchers à Lag ba-omèr a pris naissance à Méron, en haute Galilée, lieu de la sépulture de rabbi Chimon bar Yo'haï.
C'est à Lag ba-omèr qu'est décédé ce Maître éminent du Talmud, d'où le pèlerinage organisé ce jour-là, qui attire des foules considérables.

On allume des foyers dans lesquels l'usage s'est installé de jeter les mèches de cheveux fraîchement coupés des garçons de trois ans.
L'origine de la tradition consistant à associer des foyers au souvenir de rabbi Chimon bar Yohaï se trouve dans un récit talmudique ( Chabbath 33b) :
Treize ans durant, rabbi Chimon bar Yo'haï et son fils rabbi Elazar se sont dissimulés dans une caverne afin d'échapper aux Romains qui les avaient condamnés à mort.

C'est pendant cette période que rabbi Chimon a rédigé son oeuvre maîtresse, le Zohar , dont le nom évoque la brillance de la lumière.
En outre, lorsque rabbi Chimon est sorti de la caverne, son regard était tellement embrasé qu'il mettait le feu aux champs des alentours.

Rappelons, au sujet de Lag ba-omèr , une autre tradition, selon laquelle les enfants jouent à tirer des flèches avec leurs arcs. L'origine de cet usage est lié à un récit selon lequel aucun arc-en-ciel n'est apparu du vivant de rabbi Chimon bar Yo'haï ( Yerouchalmi Berakhoth 9, 2).

Notons que le mot hébreu qécheth désigne tous les « arcs », qu'il s'agisse de l'arc-en-ciel ou de l'arc de l'archer.

Jacques Kohn zal

Reste des articles

Paris : grande manifestation de soutien à Israël

Ils étaient près de 7 000, jeudi soir, à s’être rassemblés devant l’ambassade d’Israël, dans le 8e arrondissement de Paris, pour exprimer leur soutien à l’Etat d’Israël, engagé dans une guerre très dure avec le Hamas pour assurer la sécurité de sa population.

Rav Steinman : il faut reporter les vacances des Yeshivot

Dans quelques jours devaient débuter dans les Yeshivot et les Collel du pays les congés  annuels (Ben Hazemanim) qui commencent le lendemain de Tisha Beav et se terminent le 1er jour (Roch Hodech) du mois d’Eloul.

Un officier israélien aurait été enlevé à Gaza

Deux heures à peine après le début du ‘cessez-le-feu’, il a déjà été violé par le Hamas qui a repris ses tirs de roquettes sur le Sud d’Israël et a lancé une attaque terroriste contre une unité de Tsahal.

Les noms de quatre soldats tués ont été publiés

Tsahal a publié les noms de quatre des cinq combattants de Tsahal tués jeudi soir par un obus de mortier tiré par des terroristes depuis la bande de Gaza.

Un cessez-le-feu de 72 heures !

Cédant aux pressions de l’Onu, Israël et le Hamas ont accepté un cessez-le-feu ‘humanitaire’ de 72 heures qui a débuté à 8 heures ce vendredi matin. Tsahal pourra toutefois poursuivre la destruction des tunnels qui menacent la sécurité de la population israélienne.

Cinq soldats tués par l’explosion d’un obus de mortier

Cinq soldats ont été tués jeudi soir par l’explosion d’un obus de mortier dans le conseil d’Eshkol, dans le sud d’Israël.

Parachath Devarim : Celles-ci sont les paroles que Moché a dites à tout Israël. (1, 1)

Nos Maîtres (Meguila 31b) soulignent une différence fondamentale entre le livre de Devarim et les quatre autres ‘houmachim de la Tora :Alors qu’il est interdit d’interrompre la lecture du chapitre des malédictions dans Wayiqra, on a le droit de le faire dans le passage qui lui correspond dans Devarim.

Parachath Devarim – Si‘hon, ‘Og et les remontrances

« Après qu’il eut frappé Si‘hon, roi du Emori, qui demeurait à ‘Hechbon, et ‘Og, roi du Bachane, qui demeurait à ‘Achteroth, à Edré‘i » (Devarim 1, 4).

Devarim : Paracha et Haftara

Le Tichbi résoudra les difficultés non résolues
« De l’autre côté du Jourdain, dans le pays de Moav, Moïse a commencé (הואיל) d’expliquer cette Tora endisant » (Devarim 1, 5).

Pourquoi la Tora emploie-t-elle  le mot « commença », apparemment superflu, alors qu’elle aurait pu tout aussi bien nous apprendre que « Moïse a expliqué la Tora » ?
Il arrive fréquemment, lorsqu’une discussion talmudique ne permet pas de dégager une solution, qu’elle se termine par le mot תיקו.