Bruxelles menace la chehita

La Commission européenne prépare un règlement entravant considérablement l’abattage rituel. Les responsables communautaires dénoncent une offensive contre la che’hita et se sont lancés dans un lobbying actif pour contrer les campagnes des défenseurs des animaux.

La che’hita est menacée en France ! La Commission européenne semble, en effet, décidée à imposer des restrictions à l’abattage rituel pratiqué à la fois par les Juifs et par les Musulmans. Une menace dont les institutions juives ont pris conscience puisque la proposition de règlement actuellement à l’étude à Bruxelles pourrait non seulement entraver la che’hita, et même aller à l’encontre de la Hala’ha. Déterminés à mettre en place un plan d’action commun, les représentants des différents consistoires français, anglais, suisses, néerlandais, belges et tchèques se sont donc réunis, le 7 décembre dernier, dans les locaux du Consistoire de Belgique. Une réunion à laquelle assistaient également les responsables du Bureau européen de la Che’hita (BES), un organisme réunissant le Congrès des rabbins européens et les principales cacherout ‘harédi, comme celle du Rav Rottenberg. Cette « task force » chargée de protéger
les intérêts juifs dans ce domaine, dispose d’excellents relais au sein des institutions européennes. Ce sont eux qui l’ont récemment avertie de ce qui se trame à la Commissq sion, l’exécutif européen.

Celle-ci envisage en effet de permettre à chaque État membre de l’Union Européenne, d’imposer l’étourdissement préalable des animaux avant la che’hita. Un revirement, puisque jusqu’à présent la législation européenne dispensait l’abattage rituel de l’étourdissement par choc électrique préalable, obligatoire pour la viande non casher. Censée épargner la douleur de l’abattage, cette mesure est en effet absolument incompatible avec les règles de la cacherout qui exigent que la bête soit « consciente » au moment de sa mise à mort. « La che’hita prévue par la Hala’haest justement faite pour que l’animal ne souffre pas », explique le Grand rabbin de la Moselle, Bruno Fiszon, qui représentait la communauté française à la réunion de Bruxelles, en compagnie du président du Consistoire Central, Joël Mergui : « Plusieurs études scientifiques ont montré l’absence de souffrance puisque le cerveau de la bête cesse immédiatement d’être alimenté une fois les trachées sectionnées ». Un avis particulièrement autorisé, puisque le Grand rabbin Fiszon est également vétérinaire ! Il note d’ailleurs, que si la che’hita ne représente que 0,036 % de la totalité des abattages pratiqués au sein de l’UE ; pas moins de 6 % de ceux concernant la viande taref seraient marqués par des incidents qui sont, eux, synonymes de souffrance réelle pour l’animal. La Commission européenne envisage également d’imposer l’abattagq ge de la bête debout, à la différence de la position couchée à laquelle sont habitués les cho’hatim. Outre les problèmes de sécurité qu’elle pose (voir interview), la station debout est problématique d’un point de vue hala’hique : « Couché, le geste de la che’hita est naturel, alors que debout, les risques
d’écrasement de la carotide – interdit par la Hala’ha car assimilé à une « drassa » - augmentent considérablement », assure-t-il encore. Par ailleurs, il est également prévu d’obliger les cho’hatim à obtenir une sorte d’agrément européen pour pouvoir exercer. Inacceptable pour les institutions juives qui dénoncent la tentative de Bruxelles de venir se mêler de cacherout.

 Reste une dernière mesure, à priori secondaire - mais qui risque d’étouffer économiquement l’abattage rituel : le labeling. Désormais, les commerces se verraient dans l’obligation de signaler les morceaux de viandes issus de la che’hita - et donc abattus sans étourdissement - mis en vente dans le circuit classique. Sous prétexte d’information du consommateur, on risque de « stigmatiser » la viande issue de l’abattage rituel. Pour les professionnels de la cacherout, cela entraînerait surtout un vrai manque à gagner puisqu’ils perdraient la possibilité d’écouler les parties arrière de l’animal, que les Juifs ne peuvent pas consommer :

« Résultat, le prix de la viande casher s’envolerait puisqu’elle ne serait plus amortie. On voudrait nous étrangler économiquement que l’on ne s’y prendrait pas autrement », s’indigne Pinhas Kornfeld qui préside le Bureau européen de la Che’hita avec le grand rabbin de Bruxelles, Albert Guigui. Fin connaisseur des arcanes bruxelloises, lui qui dirige aussi Ma’hzikéHadat, la principale organisation ‘harédi d’Anvers, s’interroge sur une éventuelle convergence d’intérêts destinée à porter atteinte à l’abattage rituel. Premières visées, les associations de défense des animaux ont depuis longtemps la che’hita en ligne de mire. Internet regorge d’ailleurs de dénonciations des « actes barbares » auxquels les cho’hatim soumettraient les animaux. Très influents en Suède, en Lettonie et en Estonie, ils y ont déjà réussi à faire interdire l’abattage sans étourdissement préalable. « Ils organisent un lobbying intense à coup de conférences et de campagnes de mobilisation de l’opinion publique ».

Certains voient d’ailleurs avec une certaine inquiétude la perspective de la présidence suédoise se profiler à partir de juillet 2009. Stockholm ne risque-t-elle pas d’en profiter pour limiter encore plus l’abattage rituel. « Paradoxalement, c’est plutôt une bonne nouvelle, puisque cela obligera la Suède à une certaine neutralité sur la question », tempère Pinhas Kornfeld. « C’est à double tranchant : en ce moment, nous aurions bien besoin du soutien de la France qui dirige l’UE jusqu’à la fin de l’année, mais elle reste discrète ». Tout se jouera donc dans les prochaines semaines, alors que la République tchèque s’apprête à prendre la tête de l’Union. Il faut en effet faire vite, puisque que la proposition de règlement devrait bientôt être soumise au vote des députés européens. Avant qu’il ne soit trop tard, le BES se livre donc à un « lobbying sans relâche », comme le reconnaît son président.

Un activisme qui avait déjà permis de repousser, en 1991, une première tentative de la Commission européenne de porter atteinte à la che’hita. « Depuis, on s’est peut-être endormi sur nos lauriers et nous n’avons pas été assez vigilants pour protéger nos intérêts », admet un acteur du dossier. Il est vrai qu’entre-temps, la communauté musulmane est devenue de plus en plus visible et revendicative. Beaucoup estiment d’ailleurs que c’est elle qui est principalement visée par les restrictions à l’abattage rituel, les Juifs payant apparemment les « pots cassés » des craintes qu’inspirent les Musulmans.

Serge Golan

Avec l'accord exceptionnel d'Hamodia-Edition Française
Il est interdit de reproduire les textes publiés dans Chiourim.com sans l'accord préalable par écrit de Hamodia. Si vous souhaitez vous abonner au journal Hamodia Edition Francaise ou publier vos annonces publicitaires, écrivez nous au : fr@hamodia.co.il

Reste des articles

Emotion: un secouriste rencontre l’enfant qu’il a sauvé !

C’était un moment d’émotion intense : un bénévole de l’association Ihoud Hatsalah est allé rendre visite à l’hôpital à un enfant de 5 ans qu’il venait de sauver.

Sydney : une Hanoukia géante près du lieu de la prise d'otages

Le centre Habad de Sydney a décidé d’annuler les festivités accompagnant habituellement l’allumage d’une des bougies de Hanouka sur la place Martin en raison de la tragédie récente survenue dans le café Lindt, à quelques mètres de là.

Shehem : la tombe de Yossef à nouveau vandalisée

Une fois de plus, la tombe de Yossef, dans la ville de Shehem (Samarie), a été vandalisée. Les centaines de fidèles venus prier sur le site à l’occasion de Hanouka, ont découvert les dégâts sur place et se sont mis au travail pour les réparer. (צילום: מאיר ברכיה)

Le plus gros beignet de 'Hanoukah au monde !

Avis  à tous les gourmands !
A l'occasion de la fête de Hanoukah, le plus gros beignet au monde a été confectionné à Jerusalem.
Et les proportions sont garguantuesques !

HANOUKA : les lumières de l’infini

Nous savons que les lumières de ‘Hanouka symbolisent l’éclat de la Sagesse divine, face à l’assimilation ténébreuse de la culture hellénique. Dans ce texte, inspiré des écrits de rav Its’hak Hutner zatsal, un aspect remarquable de cet éclat est précisément… mis en lumière.

Après l’allumage de la ‘Hanoukia, nous prononçons une formule dans laquelle apparaissent les mots suivants : « Ces bougies sont sacrées, nous n’avons pas le droit d’en profiter mais seulement de les voir ».

L’oléiculture, une pratique juive ancestrale

Des dizaines de pressoirs à olives ont été découverts dans le Golan, comme autant de preuves d'une présence juive dans la région depuis des millénaires. Il en est de même en Galilée, et dans le sud du pays. Résultats : de plus en plus de producteurs juifs suivent les traces de leurs ancêtres et se lancent dans la production d’huile d’olive pure dans la plus « pure » tradition. 

‘Hanouka – de la transmission au miracle, par le Rav Dov Roth-Lumbroso

En ce mois de kislev¸ tentons de cerner ce que nous nous apprêtons à commémorer lors de la fête de ‘Hanouka.
Elle a été fixée en souvenir du miracle de la fiole d’huile d’olive pure qui a brûlé huit jours au lieu d’un, et qui a ainsi laissé le temps d’en préparer une nouvelle pour l’allumage de la menora (Chabbath 21b).

Mais la victoire remportée par la poignée d’Hasmonéens sur la puissante armée grecque n’a-t-elle pas été plus décisive ?!

Le miracle de la fiole d’huile

Lorsqu’on opère un rapide tour d’horizon sur l’histoire du peuple juif, on remarque que les miracles ne manquent pas. Dans les circonstances les plus diverses et variées, D.ieu Se manifesta aux hommes en modifiant les lois de la nature, à chaque fois de manière plus ou moins prodigieuse.

Dijon : un automobiliste écrase des piétons en criant Allah Ou Akhbar

L’attentat perpétré à Dijon ressemble en tous points à ceux qu’Israël a connus ces derniers temps. Un homme au volant de sa voiture a foncé sur la foule et a écrasé onze personnes en hurlant « Allah Ou Akbar ».